Le Secrétaire à la Défense, Leon Panetta a annoncé mardi 22 janvier, sous recommendation du général Martin Dempsey, la levée de l’interdiction datant de 1994, faîte aux femmes de combattre sur les fronts de guerre. En effet, depuis 1994, les 214 098 femmes, soit 14,6% des effectifs de l’armée américaine, n’étaient pas autorisées à servir au combat.

Cette décision fait suite au contexte particulier des guerres en Irak et en Afghanistan, où l’absence de lignes de fronts traditionnelles a permis le déploiement en grand nombre des femmes soldats sur le terrain. Selon les données du Pentagone de février 2012, les femmes représentent 12% des effectifs militaires déployés en Irak et en Afghanistant (soit plus de 280 000 Américaines mobilisées à des postes stratégiques comme le renseignement)

Lors de ces missions de contre-insurrection,  les femmes ont démontré leur capacité au combat, ce qui justifie la décision de Leon Panetta. « The decision comes after a decade of counterinsurgency missions in Iraq and Afghanistan, where women demonstrated hero­ism on battlefields with no front lines« .

De plus, selon un récent sondage mené par l’institut Gallup , l’opinion publique est largement favorable à cette mesure, aussi bien les femmes (76%), que les hommes (70%). 

Capture d’écran 2015-02-26 à 11.37.05

Cette initiative qui sera pleinement effective d’ici 2016, permettra à de nombreuses femmes d’accéder à divers postes hauts gradés, qui leur étaient, jusque-là fermés,  en raison de leur inexpérience au front.

A.E

Publicités