Capture d’écran 2015-02-26 à 11.23.49

Alors que le soap budgétaire n’en finit plus avec l’entrée en vigueur depuis le 1er mars des coupes obligatoires dans les dépenses publiques, plus connues sous le terme de sequester, il semblerait que le processus législatif reprenne. Mais est-ce synonyme de compromis pour autant?

Même si les deux chambres se sont exprimées sur des propositions de budget, leurs visions diffèrent radicalement quant à la manière de réduire le déficit budgétaire, et le rôle à accorder au gouvernement pour y parvenir. En effet, le Sénat a voté dans la nuit de vendredi à samedi, à une faible majorité 50 contre 49 une proposition de budget pour 2014.

Les démocrates ont affirmé leurs priorités pour enrayer le déficit budgétaire, à savoir l’augmentation des impôts qui permettrait de réaliser des économies de plus de 1000 milliards de dollars sur 10 ans. Pourquoi une si faible majorité ? Pour deux raisons. Tout d’abord parce que le projet occulte la question de l’équilibre budgétaire, chère aux républicains. Ensuite, parce que quatre sénateurs démocrates  (Max Baucus du Montana,  Mark Begich de l’Alaska, Kay Hagan de la Caroline du Nord, et Mark Pryor de l’Arkansas) en réélection l’année prochaine et qui pourraient être en difficulté ont joint le « non » républicain, affaiblissant la légitimité du projet de loi.

La Chambre des représentants, quant à elle, a adopté jeudi dernier, le projet mené par l’ancien candidat républicain à la vice-présidence des États-Unis, Paul Ryan, qui propose d’atteindre l’équilibre budgétaire d’ici 2023. Les républicains affirment pouvoir sauver 4000 milliards de dollars de plus que le projet démocrate grâce à des coupures dans les programmes sociaux, sans augmentation des impôts.

Même si le projet démocrate a de fortes chances d’être bloqué par la majorité républicaine à la Chambre des Représentants, il est surtout le symbole d’un premier essai bipartisan au Sénat pour parvenir à un compromis sur les questions budgétaires. La Maison-Blanche a d’ailleurs salué cette initiative rappelant que contrairement à la proposition de la Chambre, il permettrait de couper dans le déficit tout en favorisant la création d’emploi, offrant une perspective saine et équilibrée.

La bataille continue…

A.E

Publicités